Carnaval Illégal /// Vladivostok

Disques

Un an après Polizei, Vladivostok récidive avec Carnaval Illégal, un album-concept imaginé et conçu en Ukraine, où le groupe était invité à participer à un festival de soutien à la scène underground belarusse. Changement de cap avec un album beaucoup plus serré (9 titres + 7 bonus, le tout sous licence libre Creative Commons) et retour des riffs métal labyrinthiques sur 7 minutes (Superfétatoire, Cumulonimbus, A terre) et de la fanfare municipale du dimanche (Carnaval illégal, Vraiment pas sympa, Le livre m’a menti). Du spectacle de dessous de manteau, du Stade de France au noir, des feux de la rampe de fond de camtard !

1. Carnaval illégal (2'09)
2. Superfétatoire (4'14)
3. Vraiment pas sympa (3'46)
4. Cumulonimbus (6'58)
5. Au royaumes des aveugles
/ Au royaume des avares (5'44)
6. Estime-toi heureux (3'36)
7. Sors les dents (2'53)
8. Le livre m'a menti (3'15)
9. A terre (5'49)
10. Tsaghkadzor (0'38)
11. Pigeon Originel (4'00)
12. Metaliewski (4'00)
13. Joyeux Nöel (2'02)
14. Sustanon (3'58)
15. Paris 2012 (3'54)
16. Ne pas s'habituer (Les Morues) (3'03)

Artwork : Flexible Graphisme

ACHETER EN PHYSIQUE 10€   ACHETER EN DIGITAL 8€   BIO DE L’ARTISTE

Fini la ventripotence de Derrick, les imperméables, les menottes et les matraques ; retour au maquis et à la clandestinité. Et oui, à l’heure où les vrais flics se font discrets et sont remplacés par des faux tout aussi efficaces dans le contrôle des masses, plus la peine de revêtir un képi pour caricaturer l’oppresseur. Il suffit de s’auto-revendiquer bérurier pour incarner l’extase. Alors, fidèles à eux-mêmes (on voit pas trop à quoi d’autre ils pourraient être fidèles), les membres de Vladivostok chaussent leurs déguisements et leurs masques de fer pour aller le croiser avec les rebelles en carton-pâte. Et Dieu sait que y’a du monde à fesser !