Pour une poignée de dinars /// Aälma Dili

Disques

Ce n’est pas un hasard si les musiciens d’Aälma Dili (« l’âme des fous », en rom) ont un faible pour les crooners, les chanteurs à femmes et les bluesmen, qu’ils soient égyptiens, italiens ou américains. Depuis ses débuts, le groupe n’a jamais cédé à l’efficacité, lui préférant la poésie, l’humour et la mélancolie tzigane.


Artwork: Vlad

On les connaît pourtant, ceux qui leur recommanderaient promptement d’étoffer le son de leurs violons en embauchant un batteur, une section cuivres et un « frontman charismatique » comme on en trouve dans les meilleurs chroniques d’albums de rock’n’roll. Ceux-là sont peut-être immunisés au romantisme – et ne sont peut-être pas si rock’n’roll que ça, après tout.
Car quoi de plus touchant et sincère que d’écouter quatre hommes libres raconter leurs histoires d’amitié et d’amour dans ce décor rêvé de western spaghetti ? Ici, pas d’arrière-pensée, pas de marketing, pas de calcul : juste de la musique, qui raconte la vraie vie, comme seuls les fous osent le faire.

More info about Aälma Dili