Publié le

Appel à projeeeets

Vlad cherche à élargir ses catalogues : en effet, si on reçoit en moyenne deux ou trois maquettes par jour, ce sont très rarement des propositions qui correspondent à notre ligne artistique. Et il nous reste pourtant de la place pour deux voire trois productions d’albums sur 2020.

Nous cherchons des auteur.e.s / compositeur.e.s avec des maquettes d’EP ou d’albums dans les styles suivants :
– ghetto folk, c’est-à-dire tout croisement entre des musiques traditionnelles et des musiques actuelles ;
– musiques extrêmes et alternatives au sens large : notamment metal, rap et bass music.

Si chant il y a, et surtout si c’est en français, les textes devront s’inscrire dans un niveau minimum de conscience des logiques de domination en place : pas d’appropriation culturelle, ni misogynie, ni mépris de classe, ni apologie de la responsabilisation individuelle.

Priorité sera donnée aux compositions et textes originaux, car cleaner des samples c’est encore compliqué à notre niveau. Et taggez vos copines car on aimerait signer plus de filles !

Merci de faire tourner, je sors plus dans les bars vu que j’ai arrêté l’alcool

Publié le

Reblogged /// What do we call “world music”?

This article was first published on Ghetto Folk and has been moved due to editorial changes.

A great article by Endeguena Mulu on Trueafrica.co: “Why the term ‘world music’ is bullshit”
http://trueafrica.co/article/endeguena-mulu-aka-ethiopian-records-on-world-music/

Again if it were only in the West and by Westerners this view were held, it wouldn’t bother me much. But thanks to education and entertainment all over the world being heavily westernised, it is people – who are owners of the cultures that are being diminished – who also hold these views, looking down on their own ‘third world’ culture and praising above all the ‘first and second worlds’.

This article pinpoints an interesting fact: for many music lovers, world music has to come from Africa, or South America, or Asia… any part of the world that is not the West. An artist like Mulu is definitely right when he claims that this term tends to classify his music as something exotic or tribal that as not to be taken for “real” music – in some minds, not to be taken for “western” music. It tends to make a difference between music and music from the rest of the world*.

Credit-Endeguena-Mulu
Endeguena Mulu

Thing is, world music also exists in the West. Traditional music exists in Europe and in North America. As a westener, I would call music from Brittany “world music” as well. Or country music from the US. Or music from Acadia. It has nothing to do with the place where it’s made, it has to do with the object of the music as an art: the world as seen by the artist, what Mulu explains pretty well with the example of the washint player. Elements of the artist’s culture, environment, language.

What are the musical genres that are not world music then? TV music (be it EDM or radio pop), classical music or dad’s rock music – they all respect formal rules (instruments, harmonies, patterns) that are not taken from the artist’s own “world”. You have to learn how to do it properly, you can not do it your way. You have to learn EDM production techniques on the internet, classical music at the music school and rock music by listening to the famous rock bands. You need to find teachers, or idols, to get inspired. And that’s basically what makes you dream in these musical genres: they give you the power to escape from your own environment. In the case of “world” music, inspiration comes precisely from this very environment. So you’re not trying to escape it at all.

Of course, other terms could be used to describe what people generally call “world music”: “traditional”, “folk”, or the newcomer “global”. Trying to change the word itself will be difficult. What we can do is make the music itself evolve, and start considering that this music we all love can come from anywhere, including the West.

A next step would be to start considering that traditional music can also be made by people who don’t live in the place music is made – or by people who are not born in the place where the music is born.

* See how Branko & Kalaf from Enchufada quite ironically called their streetwear fashion label.

Publié le

Rebloggé /// Qu’appelle-t-on “world music” ?

Cet article a été importé depuis Ghetto Folk dans le cadre d’une réorganisation de nos contenus éditoriaux.

Un article très pertinent signé Endeguena Mulu sur Trueafrica.co : “Pourquoi le terme “world music” ne veut rien dire”.
http://trueafrica.co/article/endeguena-mulu-aka-ethiopian-records-on-world-music/

“Si ce terme n’était utilisé qu’en Occident et par des Occidentaux, cela ne me dérangerait pas. Or, via l’occidentalisation intense portée par l’éducation et l’industrie du divertissement, ce sont les peuples – propriétaires des cultures ainsi dénigrées – qui adoptent cette vision, dépréciant leur propre “culture du Tiers-Monde” […]”.

L’article illustre un fait intéressant : pour beaucoup de mélomanes, la world music se doit de provenir d’Afrique, d’Amérique du Sud ou d’Asie… bref, de n’importe quelle partie du globe qui ne soit pas l’Occident. Un artiste comme Mulu a ainsi tout à fait raison de souligner que ce terme tend à classifier sa musique comme quelque chose d’exotique ou de tribal qu’il ne faudrait pas confondre avec la “vraie” musique – comprendre, pour certains, à ne pas confondre avec la musique occidentale. Le terme tend ainsi à faire une différence entre la musique et la musique du reste du monde*.

Credit Endeguena Mulu
Endeguena Mulu

Pourtant, la world music existe aussi en Occident. Il y a des musiques traditionnelles en Europe et en Amérique du Nord. En tant qu’occidental, je considère bien sûr la musique bretonne comme de la world music. De même pour la country aux USA, ou pour la musique acadienne. Finalement cela n’a pas tant à voir avec le lieu où la musique est jouée qu’avec l’objet de la musique en tant qu’art : le monde tel que vu par l’artiste, ce que Mulu explique très clairement avec l’exemple du joueur de washint. Des éléments de la culture, de l’environnement, ou encore la langue de l’artiste.

Quels sont alors les styles de musique qui ne relèvent pas de la world music ? La TV-music (EDM, pop FM), la musique classique, ou encore le rock à papa. Ces styles respectent un formalisme (instrumentations, harmonies, rythmiques) qui ne proviennent pas du monde de l’artiste lui-même. Il faut apprendre à les jouer correctement, on ne peut pas vraiment les jouer à sa propre manière. Il faut apprendre à produire de l’EDM grâce aux tutoriels sur internet, ou apprendre la musique classique à l’école de musique, ou encore apprendre le rock en écoutant les rockstars. Il faut des maîtres ou des idoles pour s’inspirer. C’est d’ailleurs justement ce qui fait rêver dans ces styles : ils nous donnent le pouvoir de s’échapper de notre quotidien. Dans le cas de la world music, l’inspiration vient précisément de cet environnement, auquel on ne cherche pas du tout à échapper.

D’autres termes peuvent être employés en lieu et place de “world music” : “traditionnel”, “folk”, ou le plus moderne “global”. Il peut être difficile de changer le mot ; en revanche, il est possible de faire évoluer la musique elle-même, en commençant par intégrer dans ce concept la world music d’où qu’elle provienne, y compris d’Occident.

L’étape suivante sera alors de concevoir que la musique traditionnelle peut également être jouée par des artistes qui ne vivent pas là d’où la musique provient – ou par des artistes qui ne sont pas nés là où leur musique est née.

* Voyez notamment comment Branko & Kalaf d’Enchufada ont ironiquement appelé leur ligne de streetwear.

Publié le

Reblogged /// Authors’ rights: The Bregović Case

This article was first published on Ghetto Folk and has been moved due to editorial changes.

33334

Was Goran Bregović avare of authors’ rights? Did he steal music and the money due to original authors? Only a dedicated court could tell. Because of the song “In The Death Car” (from Arizona Dream soundtrack, 1993, Mercury – cover of Solenzara (1992, President – written by Dominique Marfisi, performed by Régina & Bruno) he has already been convicted of plagiarism.

Read the original article on french blog Romani Muzika.

A question as old as authors’ rights societies themselves that illustrates general practice in traditional music: the re-use of unprotected music (sometimes because they are written in countries that have no authors rights protection system) into popular and protected songs, with no notice of original artists. Just pick up some music into African or Asian musical repertories and you’ll be quite sure that nobody will take you to a court.

Sometimes sampling raises questions, like when the sample itself is the main harmonic structure of the song, of when voices play a major role. Trying to make money out of a song created this way without credit of original artists is dubious, to say the least. The argument often raised is that original artists are difficult to find. Julien Radenez’ work, as exposed in this article, testifies that it’s not true. Not forgetting to credit Bregović for its own role into making this music popular.

Publié le

Reblogged /// Slovenian band Laibach to perform in North Korea

This article was first published on Ghetto Folk and has been moved due to editorial changes.

This is the kind of news you don’t know how to react to. Slovenian rock new wave band Laibach is playing this Wed. August 19th in Pyongyang, capital of isolated and dictatorial North Korea. Organized thanks to a norvegian agent, the gig takes place in a 2000-ppl theatre, probably in front of a hand-picked elite. 3 Laibach songs have been censored and the band will also play some folk north korean songs. The event is seen as a gesture as the regime wants to give an image of openness, despite the prohibition of occidental and south-korean (K-Pop) music.

11903712_10153084199906765_8636557819759711979_n
Picture from Laibach’s Facebook page

Publicity stunt is working fine: the band has launched a special merchandising collection related to the gig, with items linked to North Korea, and a documentary is planned for 2016. Everything just looks as if the band’s artistic work, between industrial rock and post-communist imagery, has been taken at face value by the regime – it’s indeed hard to think how things could have been different.

Who knows who will be manipulated by who? by playing a political game, the band takes the risk of being unclear about their artistic work for undiscerning eyes. The words “Liberation” and “Believe” may not quite find their meaning in a control-freak dictatorship. It’s also highly optimistic to think about a loophole in the propaganda: culture, especially music, is precisely the main vector for the ideology.

Whatever the judgement of History, and even if the coup can be seen as an exchange of good services, the band will anyway remain fair to himself by having the merit of questioning the role of art in society.

Publié le

Rebloggé /// Le groupe slovène Laibach invité à jouer en Corée du Nord

Cet article a été importé depuis Ghetto Folk dans le cadre d’une réorganisation de nos contenus éditoriaux.

C’est le genre d’info qu’on ne sait pas trop par quel bout prendre. Le groupe rock new wave slovène Laibach joue ce mercredi 19 août à Pyongyang, capitale de cet état isolé et dictatorial. Arrangé par un tourneur norvégien, le concert a lieu dans un théâtre de 2000 places, certainement devant une élite triée sur le volet. Le groupe a été interdit de jouer 3 de ses titres et interprétera également des chansons traditionnelles nord-coréennes. L’événement est perçu comme une volonté de la part du régime de donner une image d’ouverture malgré les interdictions portant sur la musique occidentale et la musique sud-coréenne (K-Pop).

11903712_10153084199906765_8636557819759711979_n
Picture from Laibach’s Facebook page

Le coup de pub est monstrueux : le groupe a lancé une ligne de merchandising dédiée à l’événement avec des articles évoquant la Corée du Nord et un documentaire est prévu pour 2016. Tout se passe comme si l’univers du groupe, mêlant rock industriel et imagerie post-communiste, avait été pris au premier degré par le régime totalitaire – on voit d’ailleurs mal comment il pourrait en être autrement.

Reste à savoir qui manipulera qui : en jouant le jeu du politique, le groupe encourt le risque de brouiller son image auprès du public non averti. Les mots “Liberation” et “Believe” imprimés sur le merchandising auront peut-être du mal à trouver du sens dans un pays largement contrôlé par l’autorité. Il est de plus largement optimiste de croire à une faille dans le dispositif de propagande : la culture, et tout particulièrement la musique est justement le principal vecteur de l’idéologie du régime.

Quelque soit le jugement de l’Histoire, et même si l’opération peut être vue comme un échange de bons procédés, le groupe se sera dans tous les cas montré fidèle à ses convictions en ayant eu le mérite de poser la question du rôle de l’artiste dans la société.

Publié le

Boris Viande & Szam Varadino /// A Road Album: Making It

Après quelques années passées à mixer et à produire des titres electro pour Vladivostok, Boris Viande ou Sauvage FM, ces deux maris parfaits voulaient simplement revenir à quelques fondamentaux : musique en contexte, musique live, musique d’occasion, se faire des amis.

Une semaine de périple en Galice et en Nord et Centre Portugal était largement suffisante pour démarrer un nouveau projet avec une instrumentation inédite. Nous avons acheté une bandurria (instrument à cordes) d’occasion et une gaïta (instrument ressemblant à une bombarde) en Galice et c’est parti.

Track 01: Live @ A Coraza (A Coruña) – Filmé avec un téléphone car nous avions oublié l’appareil photo. Nous apprenons à accorder nos nouveaux jouets. Nous cherchons des harmonies compatibles avec les limites de nos deux instruments sur des rythmiques rudimentaires.

Track 02: Live @ Santiago Stop (Santiago) – Nous nous habituons à l’accordage et à souffler très fort dans la gaïta faute de sac (l’instrument est destiné à être joué façon cornemuse). Nous expérimentons avec la réverbération naturelle et le staccato, qui seront réutilisés par la suite.

Track 03: Live @ Vigo Stop (Vigo) – De retour à la flûte à bec, nous pouvons changer de timbre et développer les harmonies grâce aux altérations et grâce à un registre un peu plus étendu.

Track 04: Live @ Champito Party (Benquerença) – Juste avant de mixer à un festival, nous prenons quelques minutes pour explorer les origines médiévales de nos instruments, comme une petite pause, le calme avant la tempête d’infrabass.

Track 05: Live @ Champito Party (Benquerença) – Après nos DJ sets, au lever du soleil. Nous essayons d’improviser mais nous sommes fatigués et raides.

Track 06: Monseigneur Nabil – Live @ Hotel Room (Porto) – Nous commençons à épouser l’âme médiévale de notre instrumentation et écrivons quelques paroles. Ne pas dormir est excellent pour l’inspiration mais plutôt mauvais pour l’exécution technique.

Live @ Avenida Dos Aliados (Porto) – Nous décidons de descendre dans la rue pour montrer à des étudiants égoïstes qu’ils n’ont pas le monopole du folklore obtus. Nous avons l’impression que les gens ont les yeux et les oreilles fermées, conséquence de plus de dix heures d’exposition à une manifestation agressive et pseudo-festive. Ces cinq minutes sont si réelles, après tout la vie entière est comme ça.

Track 07: Live @ Rua Dos Caldeireiros (Porto) – Retour à des vibrations positives. Une petite tarantelle nocturne utilisant la réverbération naturelle. Quelques passants apprécièrent bien qu’ils n’eurent rien à payer.

Track 08: Live @ Late Bar (Porto) – Après quarante heures sans sommeil, notre musique ne repose plus que sur des réflexes mécaniques, on ne s’écoute plus, le boeuf est ennuyeux. Ceci dit, il y a des groupes qui font ça toute leur vie et certains en vivent.

Night Jam: Live @ Elevator (Porto) – Nous réalisons que nous avons fait le tour de notre inspiration et de nos capacités pour cette fois. Ce neuvième morceau n’ira nulle part et ne sera pas terminé. Nous avons besoin de dormir, de nous laver, et nous reviendrons avec autre chose. C’est ça la musique.

Szam Varadino: bandurria
Boris Viande: gaïta & flute à bec
Anti-Katz: cadrage
Sauvage FM: caution thug

VLAD/2014 – All rights deserved.